Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de ACHILLE - Chroniques Notariales
un clerc divorcé qui se noie dans les problèmes de divorce de ses clients

COPIE CACHEE - COPIER COLLER

ACHILLE

(premier rendez-vous, Madame, Monsieur, et le clerc après une heure de discussions et un accord sur le montant de la prestation compensatoire…)

  • Maître, j’aimerais sincèrement que vous me confirmiez que je suis généreux.
  • généreux ?
  • Mon mari, Maître, vous ayant exposé ce qu’il propose de me laisser après 32 ans de mariage et 4 enfants, souhaiterait que vous lui confirmiez qu’il est un homme bon et généreux, et qu’il fait le grand prince dans le divorce, pas comme les autres époux qui discutent le moindre centime.
  • Ne dit pas n’importe quoi, ne te moque pas, sinon je reviens sur ce que j’ai dit. Il n’est pas question que tu me ridiculises devant le notaire. Maître, je veux juste avoir confirmation que si Madame hésite à intenter une procédure pour faite, elle a parfaitement tort car jamais un tribunal ne lui donnera ce que je lui offre. D’autant plus que je ne voulais pas divorcer.
  • J’ai bien compris, ne t’inquiète pas, j’ai réellement compris, tu es généreux, je te suis redevable, et reconnaissante. Mais je t’en pris, ne me dit pas que tu ne veux pas divorcer ! Tes conquêtes multiples, ta violence sont une preuve que tu ne me supportes plus ! Et si toi cela te suffisait, si cette situation t’amusait, si tu te plaisais à me violenter tandis que tu fais le coq auprès de jeunes vénales, ce n’est pas vivable pour ma part. A cinquante deux ans, je peux avoir un espoir de revivre. Pus tard, je risque d’y passer.
  • N’importe quoi, tu me fais passer pour qui ? pourquoi ? N’en croyez pas un mot Maître, elle est folle ! Effectivement je ne veux pas divorcer, parce que je l’aime encore, et vous croyez que je pourrais ne pas vouloir divorcer et lui faire tout le mal dont elle se vante ? Elle est complètement mythomane. Nous avons fait de nombreuses visites auprès de conseillers conjugaux. Nous sommes même allés jusqu’à la psychanalyse pour voir ce qu’elle avait, ce qui la torture au point qu’elle affabule à ce point. Comme vous le voyez, ce fut inefficace, croyez moi Maître, je suis vraiment gentil de ne pas vouloir divorcer.
  • Pardonnez-moi mais je ne sais plus où nous en sommes. Divorcez-vous ou pas ? Nos discussions sur la prestation compensatoire ont-elles un sens ?
  • Oui, oui Maître, je divorce, je ne peux plus rester avec lui, il n’est pas fiable.
  • Oui Maître, je voulais juste vous démontrer que je suis vraiment généreux, je lui laisse le choix. Elle divorce ? d’accord. Elle veut la maison ? d’accord. Elle conserve ses comptes ? D’accord, mais ne me demandez pas plus. C’est au delà de mes forces.
  • Dites lui Maître, dites lui ce qu’il veut entendre.
  • Bien. Etant donné la valeur de la maison et des comptes, et l’absence de prêts, étant donné l’absence d’autre patrimoine et le salaire conséquent de Monsieur, sans oublier que Madame n’a pas travaillé depuis son mariage, je ne peux que confirmer que vous êtes effectivement généreux. Si vous voulez que je vous dise que vous êtes bon prince, je le dis, à mon sens, un tribunal n’accorderait pas tant à Madame, malgré trente ans de mariage et deux enfants.
  • Tu vois, même le notaire le dit.
  • Oui mais ce n’est pas ce que tu avais dit chez l’avocat. Tu es effectivement pus généreux chez le notaire.
  • J’ai juste réfléchi, je pense à toi, tu es la mère de mes enfants, je ne veux pas que tu sois à la rue. Tu ne me dis même pas merci.
  • Merci, Merci, tu es généreux. Bon, Maître, je réunis les documents qui vous manquent et vous les apportent. Peut-on prendre date pour un prochain rendez-vous ?
  • Tout à fait. La semaine prochaine ?
  • entendu.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook RSS Contact