Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de ACHILLE - Chroniques Notariales
un clerc divorcé qui se noie dans les problèmes de divorce de ses clients

BIGAME

ACHILLE #La Comédie du Divorce

Madame me rend visite. Elle m'expose, son patrimoine et les circonstances de son divorce :

Depuis 10 ans, elle soigne son époux atteint de plusieurs cancers, et donc victimes de multiples ablations.
Dans un moment de détresse, Monsieur demande à Madame de partir, il peut se débrouiller seul. Soit, Madame part en croisière quelque temps se reposer, et rencontre un homme gentil, joli et simple qui comme elle partage l'amour des voyages.
Elle se fait violence et refuse de croire à l'amour qui pointe au fond d'elle et fait jaillir ses bourgeons comme une perce neige un matin de printemps. Puis, la nature aidant, elle ne peut détacher ses yeux puis son coeur de ce bel hidalgo.
Madame cependant revient au domicile conjugal et continue de s'occuper de son époux diminué et malheureux. Mais le naturel revient au galop, en mercedes décapotable, et Madame fille le parfait amour avec ce nouvel amant si attentionné.
Le mari jaloux l'apprend, menace sans cesse de demander le divorce mais se garde bien de le faire pour préserver sa garde malade.
Vient l'annonce d'une dernière opération. Monsieur prend force avocat et d'un dernier feu, assigne en divorce pour faute son épouse, lui enjoignant de quitter le domicile conjugal sur le champs. Il met le pavillon en vente et prétend aller vivre dans un petit village du centre de la France.

Madame n'y croit pas, va voir un avocat, qui lui dit de ne surtout rien faire. monsieur a trouvé un acqéureur pour le pavillon, le compromis de vente est signé. Madame me rend visite pour savoir comment les biens vont être partagés le jour du divorce.
Je lui fait un petit topo, et lui pose quelques questions. j'apprends que Monsieur est en phase terminale. Après une longue hésitation, je lui dis à mots couverts qu'il serait plus simple qu'elle soit veuve que divorcée.

Non, ne pensons pas qu'à la veuve, pensons aux enfants aussi. Bien entendu Madame héritera d'une part, mais cette part, étant donné son âge bien trop avancé pour qu'elle ait de nouveau enfants, ira à ses filles qui sont les filles du couple. Et ce montage permettra de ne pas payer de droits de succession, puisqu'il n'y a pas de droits de succession entre époux (en ce moment...)
Et même en matière de frais : frais d'avocat, de notaire pour le divorce, puis frais de succession, ou frais de succession seulement, la seconde hypothèse est la moins chère.

Madame, moralement se sent désolée d'être obligée de freiner ce qui serait la volonté de son époux, mais elle comprend vite que les intérêts de ses filles sont en jeu, d'autant qu'il compte acquérir un bien immobilier qui était en vente depuis trois ans sans trouver d'acquéreur et qui juste quand Monsieur s'y interesse, a plusieurs acquéreurs sur le coup et un prix qui se met à flamber. Moi, j'appelerais cela du plumage de pigeon si j'osais.
Le bien serait invendable, aucun des enfants n'est intéressé pour le conserver, ce serait une très mauvaise affaire, d'autant qu'il y a de nombreux travaux à faire !

Je demande à Madame de demander à ses filles de tenter de convaincre Monsieur de l'inutilité de cette entreprise. Mais le débat s'annonce rude.

En partant, lors que nous devisons de tout autre chose : pensions de réversion, nouvel amant si gentil avec lequel Madame ne veut tout de même pas convoler en justes noces, Madame me rétorque brusquement :
- De toute manière, nous nous sommes mariés à LAS VEGAS !
- Quoi ?
- mais c'est pour de rire !
- Pardon ? l'avez vous fait ?
- Oui...
- Donc vous êtes bigame !
- mais non, ce n'est valable qu'à LAS VEGAS !
- Vous devriez regarder tous les épisodes de la série "FRIENDS" vous, vous verriez que ce n'est pas pour de rire !
- Quoi, mais non voyons...
- Mais si, Madame, c'est du sérieux, vous êtes bigame, et quand vous serez veuve ou divorcée de monsieur vous serez encore mariée, mais avec votre amant cette fois ci. Donc pas de pension de réversion ! et monsieur votre amant sera votre héritier à concurrence d'un quart si vous ne le déshéritez pas en un testament !
- mais non, il ne réclamera rien, il ne sait rien de tout cela.
- Avez vous le certificat de mariage.
- non c'est lui qu'il l'a.
- Et pourquoi ?
- Il l'a mis dans son coffre .
- Tiens, de mieux en mieux...
- Mais il n'est pas interessé. Je vais le détruire.
- Je pense que vous allez retourner à LAS VEGAS pour divorcer.
- Mais non, je vais aller dans son coffre et le détruire.
- Avez vous la clé et la combinaison ?
- non mais quand je serai chez lui il me la donnera.
- en etes vous sûre ?
- oui.
- mais le mariage subsistera.
- non il ne demandera rien.
- je l'imagine bien. Imaginez que vos filles trouvent au jour de votre décès à vous, qu'il ne reste plus tant d'argent que cela, et qu'elles accusent ce Monsieur d'avoir vécu sur vos fonds, et que lui se défende en disant qu'il est marié avec vous et qu'il demande d'hériter de vous sa part légale.

- Il ne fera jamais cela.

- il faudrait bien qu'il se défende.

- Il ne vivra pas sur mes biens.

- Qui paie les voyages ?

- moi, mais il va m'héberger chez lui, il est propriétaire chez lui.

- et vous vivrez sur vos fonds ?

- C'est de bonne guerre non ?

- je ne sais. Avez vous pensé à vos filles ?

- pas de cette manière, et puis elles n'ont rien à dire sur ma façon de vivre.

- en revanche elles peuvent avoir à dire sur votre façon de mourir.

- Oh suffit, il ne me ferait jamais de mal, il m'aime.

- pardonnez moi, je vois le mal partout, mais vous avez un certain capital, et vous êtes bientôt veuve... vous aimez les voyages... c'est attractif.
- Mais où allez vous chercher tout cela !... je le détruirai ce maudit papier !
- mais cela ne servira à rien, vous êtes mariée, et votre époux peut vous faire chanter, ou vous dénoncer pour bigamie. Votre acte de mariage est sur le site internet de la mairie de Las Vegas, que vous le détruisiez ou non ...

(voir mon article suivant)



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook RSS Contact