Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de ACHILLE - Chroniques Notariales
un clerc divorcé qui se noie dans les problèmes de divorce de ses clients

CELUI QUI L’A APPRIS UNE FOIS FINI.

ACHILLE #La Comédie du Divorce

Monsieur et Madame sont mariés, vivent ensemble, forment semble-t-il, un couple uni. Jusqu’à ce jour où Madame disparaît en allant chercher le pain. Monsieur lance une procédure de recherche. Il découvre fortuitement sur l’acte de naissance de son épouse, qu’elle est divorcée de lui. Croyant à une erreur, Monsieur demande l’acte de mariage et son acte de naissance dans les mairies compétentes. Il apprend qu’il est divorcé et que Madame est même remariée.

Comment tout ceci a pu avoir lieu ? Monsieur demande au tribunal une copie du jugement, apprend à cette occasion qu’il a divorcé par consentement mutuel, que Madame se trouve attributaire de la maison pour sa part de communauté et à titre de prestation compensatoire, qu’ils avaient un avocat commun en la personne de Maître. Monsieur prend donc rendez-vous sous son nom, et apprend au surplus qu’il laisse une ardoise de mille euros à régler à cet avocat. Il se rend tout de même au rendez-vous, mais étrangement, n’est pas reconnu par l’avocat en question, ni d’ailleurs par sa collaboratrice qui a suivi tout le dossier. Monsieur explique qu’il aimerait bien que soit réparée l’erreur, il n’est pas divorcé, il vivait avec Madame. Hélas, plus maintenant, bizarrement tout arrive en même temps, sa disparition, cette nouvelle étrange. Monsieur se demande s’il rêve, s’il est devenu fou. Il ne comprend rien.

Je l’interroge :

-  Avez-vous des enfants ? 

-  Non, ma femme ne pouvait en avoir.

-   A-t-elle de la famille ? 

-  Non plus personne, elle était fille unique, a perdu ses parents alors qu'elle était encore jeune.

-  Donc, le mari de Madame serait son seul héritier, en vertu de l’article du Code Civil.

-  Vous voulez dire que j’ai tué ma femme pour hériter, vous divaguez ! 

-  Non, Monsieur, je parle de son époux actuel, pas de vous. 

Monsieur est effondré.

-   Il faut absolument dénoncer cette escroquerie, peut-être cet assassinat, vous devez aller porter plainte au commissariat de police.

Monsieur n’y avait pas songé.

* * *

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook RSS Contact