Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de ACHILLE - Chroniques Notariales
un clerc divorcé qui se noie dans les problèmes de divorce de ses clients

IDIOLECTE NOTARIAL.

ACHILLE #moi

 

Mon client de lundi est linguiste. Ma cliente de jeudi est linguiste. Décidément, cette semaine, je ne manque pas de leçons de français. Ils tentent de me corriger. Je me dois de me justifier :

Nous commençons nos actes par l’expression « Pardevant Maître UNTEL, ont comparu… ». Nous manions l’usufruit, la nue-propriété, les droits réels, personnels, les sûretés, les obligations, les acquêts, les préciputs, les hoiries, les ayants droit, les de cujus, le profit subsistant, les reprises et récompenses, les dots, le dol, les prestations compensatoires, devoirs de secours, pensions alimentaires, l’usucapion. Nous mettons les noms propres en majuscules, les chiffres en lettres, une majuscule aux mots Madame, Monsieur ou Maître même à l’intérieur des phrases, nous employons le terme « une maison sise à, ou un terrain sis à » pour « situé à ». Nous intercalons un tout petit pronom « ci » avant chaque chiffre énoncé en colonne. Nous jonglons avec les privilèges de prêteur de deniers, ou de copartageant, ainsi que les hypothèques et nantissements, peu les antichrèses. Finalement, en matière de divorce, je ne trouve pas que notre langage soit aussi obscur qu’on veut le laisser croire.

Un autre de mes clients me donne une leçon un peu plus argotique. Il existe une vieille expression « un clerc amateur travaille sans émoluments ». Il m’indique qu’un clerc de taverne est un Barman, qu’on trouve dans certains livres le mot clerc pour signifier homosexuel, que faire un pas de clerc est faire une erreur, gaffer. Il me fait part également d’une expression salée : La cravate de notaire dont je laisse le soin à chacun de découvrir sans moi la signification s’il ne la connaît pas. Enfin, on trouverait aussi une expression signifiant « fait comme un rat » qui serait celle-ci : « Être fait par un notaire ».

Mon client est historien. Il me fait la liste de tous les châteaux forts de la région avec leurs caractéristiques.

Mon client est ophtalmologiste. Je l’entends m’interroger : « Maître, n’auriez-vous pas besoin de lunettes ? Je trouve que vous regardez d’un peu trop loin les pages de l’acte. Pardonnez-moi ce réflexe professionnel déplacé ! » Il a raison, je dois changer de lunettes.

Mon client cherche à m’embaucher dans sa société. « Vous feriez des merveilles, je vous assure, vous avez un talent, une patience, une force de persuasion… »

Mon client est belge. Quand il m’écrit, ses lettres commencent par « Monsieur le notaire. Je voudrais vous entretenir d’un problème… »

Mon client est bavard, il lui arrive de parler plus que moi pendant les rendez-vous.

* * *

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook RSS Contact