Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de ACHILLE - Chroniques Notariales
un clerc divorcé qui se noie dans les problèmes de divorce de ses clients

Chroniques notariales concurrentes et plus sérieuses que moi

 

Chroniques notariales  
       
  ventose-1.jpg

Fort de son expertise en optimisation fiscale, financière et patrimoniale, Marc Le Nezet, président du groupe MLN, a eu l'occasion de collaborer avec des revues notariales de référence en rédigeant des chroniques sur l'actualité fiscale et les conséquences patrimoniales et financières qu'elles induisent. Vous en trouverez quelques unes à télécharger dans la liste ci-dessous en cliquant sur les liens correspondants.

 
 

 

 
 
Marc Le Nezet - Chroniques Chroniques dans ventose  
Marc Le Nezet - Chroniques Revue des Notaires N°5  
Marc Le Nezet - Chroniques Revue des Notaires N°7  
Marc Le Nezet - Chroniques Revue des Notaires N°20  
Marc Le Nezet - Chroniques Revue des Notaires N°23  
Marc Le Nezet - Chroniques Revue des Notaires N°26  
Marc Le Nezet - Chroniques Revue des Notaires N°27  
Marc Le Nezet - Chroniques Revue des Notaires N°34  
Marc Le Nezet - Chroniques Revue des Notaires N°38  
Marc Le Nezet - Chroniques Revue des Notaires N°42  
Marc Le Nezet - Chroniques Revue des Notaires N°45  
Marc Le Nezet - Chroniques Revue des Notaires N°47  
Marc Le Nezet - Chroniques Revue des Notaires octobre 2010  
     
Publicité parue dans la revue Investissements Conseil  
     
     
     
     
     
 
   

 

index_09.jpgindex_10.jpg

 

La comédie du divorce.

Chroniques Notariales

 

 

 

 

 

 

 

Achille GASTON

 

 

 

 

 

 

 

Toute ressemblance avec des personnages ou des événements réels ne peut être que fortuite.


 

SOMMAIRE.

SOMMAIRE.......................................................................................... 2

TROP TARD......................................................................................... 6

L’ÉTUDE DU NOTAIRE....................................................................... 8

L’ANCIEN DIVORCE.......................................................................... 12

MON MÉTIER.................................................................................... 16

MON PÈRE........................................................................................ 20

DÉFINITION DE L’ENCYCLOPÉDIE DE DIDEROT ET D’ALEMBERT.      22

LE DIVORCE PAS MÛR.................................................................... 26

JE NE SAIS PAS TOUT..................................................................... 30

LA LASSITUDE.................................................................................. 37

BILAN.................................................................................................. 39

TRICHERIE OU PAS......................................................................... 41

COURRIER........................................................................................ 45

LA CAPITALE..................................................................................... 50

LA SÉDUCTION ou LA CONFIDENCE............................................ 52

MEURTRE OU DIVORCE................................................................. 54

ACCUSATIONS................................................................................. 56

Après l’enterrement......................................................................... 56

Lettre à Maman............................................................................... 60

Lettre à mes enfants....................................................................... 61

Dans mon bureau............................................................................ 62

COUP DE CANIF AU CONTRAT...................................................... 65

CELUI QUI L’A APPRIS UNE FOIS FINI.......................................... 67

LE MILLEFEUILLE............................................................................. 69

NEMO AUDITUR PROPRIAM TURPITUDINEM ALLEGANS........ 71

MA SŒUR VEUT ME MARIER......................................................... 73

LE PRIX DU DIVORCE...................................................................... 76

Divorce coûteux.............................................................................. 76

Le divorce par consentement mutuel............................................. 77

Le divorce par acceptation du principe de la rupture du mariage... 77

Le divorce pour faute....................................................................... 78

Le divorce pour altération définitive du lien conjugal....................... 78

Variations du coût............................................................................ 78

Assurance-pension......................................................................... 78

Préparation...................................................................................... 79

AVOCAT CHER OU PAS.................................................................. 80

DIVORCE BOURGEOIS................................................................... 83

DIVORCE RADIN............................................................................... 86

RES JUDICATA PRO VERITATE HABETUR.................................. 89

PROBLÈME DE GARDE PARTAGÉE............................................. 91

LA MAIN A LA PÂTE.......................................................................... 93

AUTODIDACTE.................................................................................. 95

PRESTATIONS COMPENSATOIRES............................................. 97

QU’EN PENSER ?.............................................................................. 97

Un exemple..................................................................................... 97

Biens propres.................................................................................. 97

Plus c’est long, moins c’est bon...................................................... 98

Divorcer vite.................................................................................... 99

Demander une prestation compensatoire quand on est

un homme..................................................................................... 100

A – Monsieur a sûrement caché quelque chose...................... 100

B– Monsieur est sûrement traumatisé par Madame................ 101

L’avocat......................................................................................... 104

QUAND LES BEAUX PARENTS S’EN MÊLENT........................... 106

LE MATRIARCAT............................................................................. 109

FRANCHISE OU HYPOCRISIE...................................................... 114

CONVERSATIONS AUTOUR D’UN CENDRIER.......................... 117

NOTAIRES CÉLÈBRES.................................................................. 128

DIVORCER OU PAS....................................................................... 130

L’INCARTADE.................................................................................. 135

LA TROMPERIE............................................................................... 136

LA DOUBLE VIE OU LE MEILLEUR ET LE PIRE.......................... 140

RAPPORT DE FORCE.................................................................... 142

PATER IST ES................................................................................. 144

TECHNIQUES POUR TENTER DE DÉCRÉDIBILISER LE CLERC QU’ON PREND INOPPORTUNÉMENT POUR L’ADVERSAIRE.................................................................... 145

1 - La tirade.................................................................................... 145

2 - Autre technique plus directe :.................................................. 146

3 - Vous ne pouvez pas comprendre............................................ 147

4 – Les insultes............................................................................. 147

LE DIVORCÉ TROP GENTIL.......................................................... 153

LE DIVORCÉ GÉNÉREUX.............................................................. 155

LE DIVORCÉ HEUREUX................................................................ 158

LES RENDEZ-VOUS MANQUÉS................................................... 160

LA DOULEUR................................................................................... 167

L’HUMILIATION................................................................................ 168

CEST DE TA FAUTE....................................................................... 171

LA PEINE.......................................................................................... 175

LA VIOLENCE.................................................................................. 180

LA VENGEANCE............................................................................. 185

LA RÉBELLION................................................................................ 186

LA MALADIE..................................................................................... 188

MÉLANCOLIQUES MÉDITATIONS SENTIMENTALES ET TESTIMONIALES D’UN DIVORCÉ.            194

BÊTISIER.......................................................................................... 200

IDIOLECTE NOTARIAL................................................................... 202

DROIT D’USAGE ET D’HABITATION............................................. 204

DROLE DE RELIGION.................................................................... 208

L’AMITIÉ............................................................................................ 209

L’AMOUR PROPRE......................................................................... 212

LE DON QUI COUTE CHER........................................................... 214

TÉMOIGNAGES.............................................................................. 217

Ma décision est irrémédiable........................................................ 217

Nous n’étions plus une famille....................................................... 217

Que faire pour la maison ?............................................................ 218

Pour moi, la période la plus difficile…........................................... 219

Moi j’ai été soulagée….................................................................. 219

Je redécouvre…............................................................................ 219

J’ai besoin du titre de propriété….................................................. 219

Comment faisons-nous ? Nous avons séparé la maison............ 220

Les enfants.................................................................................... 220

Le jeu............................................................................................. 220

IMPOSSIBLE D’OUBLIER............................................................... 221

LES PIGEONS................................................................................. 222

CE QUE J’AIMERAIS POUVOIR DIRE PARFOIS :....................... 223

ŒIL POUR ŒIL................................................................................ 230

MARIAGE......................................................................................... 232

TITRE LU DANS LIBÉRATION : LE MARIAGE FINIT CHEZ LE NOTAIRE.           234

RÉFORME DU DIVORCE............................................................... 236

STATISTIQUES PERSONNELLES – DISCUSSIONS ENTRE CLERC.     242

EN VOIR DE TOUTES LES COULEURS....................................... 244

CHANGEMENT................................................................................ 246

ANNÉES SOIXANTE-DIX................................................................ 247

DIVORCE AU PARFUM.................................................................. 250

UNE CLIENTE COMME UNE AUTRE........................................... 254

S’ENTENDRE COMME CHIEN ET CHAT..................................... 256

MA CLIENTE.................................................................................... 259

LE DIVORCE DES PAS MARIES................................................... 262

L’union libre.................................................................................... 262

Logement....................................................................................... 263

Équilibre dans la séparation.......................................................... 264

Concubinage, PACS ou mariage.................................................. 265

Le dépacsage ou la répudiation.................................................... 266

MANIPULATIONS............................................................................ 268

LE SOUPER..................................................................................... 278

* * *

 

 

Le mariage est la cause principale de divorce.

Oscar Wilde.

 

TROP TARD.

« Le mariage, tel qu'il existe aujourd'hui, est le plus odieux de tous les mensonges, la forme suprême de l'égoïsme. »
Léon TOLSTOÏ, La sonate à Kreutzer.

 

Le journal arrive le matin, remis par le petit clerc à mon patron. Celui-ci lit d’abord les pages des sports ainsi que la rubrique nécrologique. Le moral du comptable est calqué sur l’indice du CAC quarante ; la bourse est sa page favorite. Ma secrétaire prend les recettes de cuisine, la standardiste les mots croisés ou les sudokus. La « clérette[1] » lit son horoscope. La plupart de mes collègues lisent les faits divers. De mon côté, je m’en tiendrais à la page de politique internationale et à la page culturelle, si toutefois j’arrivais à les lire jusqu’au bout. Aussi, n’ai-je pas compris ce soir quand ils m’ont tous assailli de questions après la visite d’une nouvelle cliente.

-         Alors, raconte-nous tout.

-         Qu’est-ce qu’elle voulait ?

-         Comment le prend-elle ?

-         Lui as-tu remonté le moral ?

-         Dis, tu l’as consolée, tu ne lui as pas raconté toutes tes horribles anecdotes ?

-         Elle était en rage, non ?

-         Elle sait des choses ?

-         Elle t’a raconté les détails ?

-         Non, je ne sais pas, de quoi parlez-vous ? Comment la connaissez-vous ?

-         Oh arrête, ne fait pas ton crâneur, dis-nous.

-         Qu’est-ce qu’elle voulait ?

-         Elle voulait divorcer post mortem.

-         Elle voulait quoi ?

-         Elle voulait savoir s’il existe un divorce posthume de même qu’il existe un mariage posthume, c’est tout. 

-         Ah oui je comprends. Elle craque. 

-         Je ne sais pas, elle ne m’a rien dit du tout. Qu’avez-vous, tous, pourquoi avez-vous l’air aussi déçu ? Que devait-elle me dire de si mystérieux, si important ? 

-         Rien, rien… 

-         Alors pourquoi vous attendiez-vous à quelques détails croustillants ? Comment cela se fait-il que vous vous intéressiez à elle ? Moi, je ne la connais pas. 

-         Bê, on voulait en savoir un peu plus que ce qui est marqué dans le journal.

-         Qu’est-ce qui est marqué dans le journal ? 

-         Tu ne l’as pas lu ? 

-         Son mari a tué sa maîtresse puis s’est suicidé, en haut de la tour du centre-ville, dans l’ascenseur, entre le troisième et le quatrième étage. 

-         Vous avez donc les détails, de quoi vous plaignez-vous ? 

-         Dis-nous quand même, tu l’as consolé, que lui as-tu dit ? 

-         Rien d’intéressant.

Je lui ai dit que j’étais désolé mais qu’il n’existe rien de tel, on ne peut divorcer de son mari décédé, que quoi qu’il en soit, elle n’avait pas intérêt à divorcer avec ses enfants mineurs, elle avait au contraire intérêt à faire valoir tous ses droits. Heureusement, je ne connaissais pas son histoire, je ne suis pas sûr que j’eus réussi à être naturel. La journée a été longue. Il est tard, je suis vraiment usé, j’ai les yeux bordés d’anchois. Je rentre, j’ai envie d’un bon bouquin. Comme disait mon père, demain sera un jour nouveau.

* * *


L’ÉTUDE DU NOTAIRE.

« Notaire : arrive souvent au dernier acte. »

            Tristan BERNARD, définition de mots-croisés.

 

Du fond du ciel, essaient de transpercer quelques lueurs qui ambrent la pierre des maisons et réchauffent les tuiles. Les cumulus prennent des couleurs jaunâtres. Une déchirure azur laisse passer une frange de rayons roses qui enrubanne le liseré des nuages. Je marche le nez en l’air, ne prenant pas garde aux déjections canines. De toute façon, je ne suis pas chanceux, je ne risque rien. La rue où j’habite est vide, l’air circule entre les immeubles, il fait frais. Les affiches sont rouge et or, le musée, les expositions, les concerts, je n’avais pas remarqué jusqu’ici toutes ces réclames pour l’art ou les spectacles. Après tout, ce sont devenus des produits de consommation comme les autres. J’aurais souhaité vivre à une époque antérieure, sans propagande. Non, l’eau courante et l’automobile m’auraient trop manqué. Il est d’ailleurs certain que je n'aurais pas survécu longtemps, ayant grand besoin de la médecine.

La plaque blasonnée indiquant l’office du notaire, brille comme un sou neuf. Sans son bonnet phrygien, la République assise et couronnée de soleil sur le sceau de l’État me fait un clin d’œil tous les matins. L’étude se situe dans un immeuble ancien, plus large que haut, comportant un porche et une porte cochère avec un renfoncement pour les amoureux. Quand on entre, le calme surprend, comparé au vacarme des véhicules non loin sur le pont. Puis vient l’entrée, la salle d’attente, toujours au calme. Le standard est plus bruyant. Ma collègue qui le tient est toutefois libérée par l’oreillette qui lui évite d’avoir à tenir sans cesse le combiné. Nous recevons environ quatre cents appels par jour. Quand j’étais jeune, la standardiste avait le temps d’accueillir les clients, de taper des courriers à la machine, classer différents documents et même se mettre du vernis à ongles. De nos jours, je la plains beaucoup car elle n’a plus une minute à elle, et reçoit tant les récriminations des clients qui n’ont pas leur réponse dans la minute qui suit, que les soupirs et mots grossiers des notaires, clercs, secrétaires, formalistes et comptables qui ne peuvent plus se plonger dans un dossier ou recevoir un client sans être dérangés toutes les trente secondes. Antérieurement, les gens prenaient leur plume pour expliquer leur cas, et souvent c’était salutaire tant pour eux-mêmes que pour le notaire. En effet, le temps d’exposer clairement leur problème par écrit, ils réfléchissaient et trouvaient d’eux-mêmes une idée lumineuse pour résoudre ce qu’ils pensaient être une difficulté. Combien de fois m’appelle-t-on actuellement pour me poser une question dont la réponse est un peu plus loin dans le courrier que j’ai envoyé, qui n’a pas été lu en entier, ou dans le projet d’acte que mes clients se sont bien gardés de feuilleter. Les anciens notaires étaient d’ailleurs effarés du nombre de soldes de compte qu’ils adressaient à leur client avec leur titre de propriété, dont les enveloppes n’étaient pas ouvertes, alors même qu’elles contenaient un chèque. Certains clients ou leurs héritiers doivent nous redemander un nouveau titre de paiement, le précédent étant périmé depuis longtemps. Cependant, nous sommes en pleine évolution. Alors qu’auparavant, les clients préféraient que ce soit le notaire qui conserve leurs titres, ils souhaitent désormais avoir en main leur contrat le plus vite possible et s’intéressent à leur solde de compte. Les notaires de leur côté tendent à répondre positivement aux normes européennes, donc à améliorer la rapidité du service. Cependant, le courrier du notaire fait toujours peur ou agresse, je ne sais pourquoi. De même, écrire au notaire, signifie lui faire part de son animosité et de ses récriminations. Lorsqu’une pièce, un document m’est envoyé, ou même un chèque, souvent, aucune lettre d’accompagnement n’est jointe. Au mieux ai-je droit à un pense-bête avec les références du dossier. Je cherche en vain depuis mes débuts ce qui peut rendre cette profession aussi antipathique. J’en ai fait part récemment à une cliente âgée, qui m’a répondu :

-         Il est vrai que l’on vous voit souvent comme un aigrefin, un financier qui connaît les ficelles pour duper les clients, mais nous avons le même sentiment à propos des avocats et des banquiers ; ma foi, je ne sais pas pourquoi vous avez si mauvaise presse, car au fond, personne ne sait vraiment ce qu’est votre métier.

Je rétorque :

-         Pourquoi nous comparer aux avocats ?

-         Il me semblait que vous étiez tous deux des hommes de loi, et qu’au surplus, le gouvernement envisagerait que tous les hommes de loi soient englobés pour ne plus former qu’une seule profession. Vous rédigez tous deux des contrats. L’avocat, de plus, plaide au tribunal, il me semble.

-         Et le notaire rédige des actes authentiques[2].

-         Peut-être, mais je ne vois pas la différence entre un acte authentique et un contrat signé par les clients d’un avocat. Vous ne pouvez pas dire qu’on ne revient pas sur un acte authentique, puisque nous avons tous des exemples en tête de contrats de notaires qui ont dû être annulés ou modifiés.

Nous avons discouru longtemps, passant de ces questions d’actualité aux points épineux de son affaire. J’ai clôturé l’entretien par une réflexion sur sa fraîcheur d’esprit. Il semble que ça l’ait touchée, je ne l’ai pas fait exprès. Je le pense vraiment. D’ailleurs je pense tout ce que je dis. Je ne dis pas tout ce que je pense, c’est tout. Nous avons étudié son dossier. Je lui ai expliqué la suite à donner… Je rédige de nombreux courriers chaque jour, exposant « la marche à suivre concernant le dossier sus référencé », contenant une flopée de formules figées : « Je vous serais reconnaissant de bien vouloir », « je vous serais très obligé », « je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de ma considération distinguée ». Il est même arrivé qu’un juge m’ait répondu vertement, outré par le ton « comminatoire[3] » de ma correspondance, parce que j’avais osé, pensant faire simple, lui écrire un courrier contenant la phrase « vous voudrez bien m’adresser l’ordonnance… » Mon patron avait même vérifié le sens du mot comminatoire dans le dictionnaire. Nous n’en revenions pas.

* * *

Le soir, dans l’autocar, trop fatigué pour rentrer à pied, oubliant les formules de politesse alambiquées et les paroles éthérées, accumulées dans la journée, je me retrouve coincé contre une barre d’appui, le nez au milieu d’autres visages. Une odeur d’oignon s’insinue dans mes pensées. Une main de vieille femme, rougie, luisante, gonflée de douleur et du travail d’une vie, essaie de s’accrocher à cette tige de métal. Cette main pendue à dix centimètres de mon nez fleure bon la cuisine. La femme est petite, grisonnante, ridée, sans âge, habillée de noir, les cheveux courts avec un fichu sur la tête. Elle a dû éplucher tous les légumes d’un restaurant pour avoir les doigts entaillés à ce point et les yeux enfoncés dans leurs orbites. Elle rentre dans son logement, épuisée mais satisfaite de l’œuvre accomplie. Elle baisse les paupières parfois, se laissant bercer par les soubresauts de la conduite. Elle sourit, et je comprends sa satisfaction. De même, j’ai fini mon ouvrage, bien qu’il en reste toujours pour le lendemain. Une collègue me dit un jour : « Je travaillais chez des avocats avant de rejoindre le notariat. On me déposait ce que j’avais à faire le matin. Je le rendais le soir. Je ne le revoyais pas. Chez les notaires, on n’a jamais fini ». C’est un travail de longue haleine. Aujourd’hui j’ai reçu deux partages, une donation entre époux, des personnes venues sans rendez-vous pour des renseignements et environ une vingtaine d’appels téléphoniques. J’ai ouvert un nouveau dossier de constitution de servitude. Beurk ! je déteste les servitudes. Les gens ne peuvent-ils s’entendre en bonne harmonie plutôt que de requérir la rédaction d’actes tristes comme la mort ! Ne serait-ce que le mot « servitudes »[4]! A-t-on pensé à la douleur d’en être réduit à constater des servitudes ? Mon patron hurlerait s'il me lisait. C’est vrai qu'au contraire ces actes servent à définir les droits et obligations de tous les contractants de manière à ce qu’aucun n’empiète sur le territoire de l’autre. Une constitution de servitude est donc un acte très utile pour la paix du voisinage.

* * *

 


L’ANCIEN DIVORCE.

Madame me présente son acte de naissance sans les mentions marginales. Hélas, ce document ne me convient pas, ne pouvant vérifier ni sa capacité (les tutelles, curatelles sont portées en marge par un signe cabalistique appelé « inscription R.C.[5] n°….), ni sa situation matrimoniale (mariage, divorce, changement de régime matrimonial). Je demande donc un acte de naissance de mon côté, à la mairie, portant toutes mentions marginales. À réception de ce document, je constate que Madame a déjà été mariée, il y a fort longtemps, se trouvant divorcée en premières et secondes noces.

Indépendamment, je règle un dossier d’un Monsieur m’informant de son premier mariage avec une personne qui s’est enfuie au bout de quelques mois, qu’il n’a jamais revue, dont il a divorcé six mois plus tard, un mariage de « guerre » m’explique-t-il. Monsieur est donc divorcé en premières noces et veuf en secondes noces. Il me semble que les noms des deux dossiers correspondent. Je vérifie, effectivement, c’est bien cela, ce Monsieur veuf est le premier mari de Madame divorcée. Grand cas de conscience : le dire, le taire, être allusif. Ne pas s’en occuper. Je suis tenu au secret professionnel, après tout, ce n’est qu’une coïncidence pas trop étonnante, nous sommes la seule étude notariale dans un rayon de vingt kilomètres. Pour des gens qui n’ont jamais bougé, pas étonnant que le notaire ait à connaître des deux histoires. Les protagonistes, eux, ne perçoivent pas la coïncidence et ne se sont jamais revus, me semble-t-il. Par une curieuse coïncidence, les deux rendez-vous ont lieu l’un à la suite de l’autre. Totalement par hasard, les deux personnes se retrouvent dans la salle d’attente, ne se reconnaissant pas. Lorsque j’entre pour quérir Monsieur, Madame, entendant le nom de son ex-époux, peu courant, sursaute, se lève, hésite, se rassied, le regarde fixement. Il la dévisage aussi, le front plissé, cherchant sûrement dans ses souvenirs, finit par dire : « Pardon Madame, ne nous serions-nous pas rencontrés quelque part ? » Madame sourit, lui répond : « Si, mon cher mari, dans votre lit. Comment allez-vous ? » Un petit goût suranné de madeleine de Proust me vient à la bouche, rappelant mes débuts, lorsque je m’occupais de quelques nobles demeurant encore dans notre vieille ville, qui se vouvoyaient entre époux et enfants.

* * *

 

Quelques jours plus tard, j’ai du mal à me concentrer, pourtant ce n’est pas le travail qui manque. C’est la motivation. J’ai l’impression que je m’enterre chaque jour un peu plus. Le téléphone sonne. Deux dossiers sont étalés sur mon bureau. J’ai peur qu’ils n’en viennent à se mélanger. Je regarde le cadran d’affichage à cristaux liquides qui me fait part d’un numéro qui ne m’est pas inconnu, mais que je ne reconnais cependant pas immédiatement. Je décroche, et m’attends à tout, la recette des impôts ? Monsieur ou Madame ?

-         Allo, Bonjour, c’est Madame. Avez-vous reçu ma lettre ? Excusez-moi d’être indiscrète, mais je m’inquiétais pour vous.

Je souris, essayant de faire passer la chaleur de mon sourire dans ce combiné froid et anonyme.

-         J’ai bien reçu votre paquet qui m’a tellement ému, vous devez être devin ou médium pour connaître mes goûts.

Elle m’envoie un couvert en argenterie anglaise. Je suis profondément touché de ce geste, de la sincérité de ses propos. Elle me raconte son histoire, son premier mariage de guerre, puis son second, ayant élevé ses cinq enfants avec cinq cents francs par mois, que lui concédait un mari fortuné qui ne pouvait se passer de maîtresses et qui leur sacrifiait presque tous ses revenus, négligeant sa famille. D’origine irlandaise, elle m’explique qu’étant celte (qui signifie homme supérieur), elle est un peu sorcière, devine la date de la mort des personnes, leur mal-vivre, leur peine. Ayant elle-même côtoyé la mort plusieurs fois par suite de problèmes cardiaques, elle la nomme respectueusement Madame, et celle-ci l’ignore gentiment. Elle a perdu l’un de ses fils, son préféré peut-être puisqu’il est parti sans rien demander. Elle me remercie de mon soutien, de mes conseils. Je n’ai fait que mon travail. Je lui retourne le compliment, étant sincèrement touché. Les gens gris ont-ils droit à de pareils cadeaux ? Non pas une babiole achetée à la sauvette ou une boîte de bonbons périmés, mais une part d’eux-mêmes, quelque chose de précieux pour eux et moi, choisi avec attention parmi les objets garnissant le logement, amassés, au hasard des rencontres, constituant l’embellissement d’une vie. Icelles ne font guère attention à leur habitation, n’y mettent que l’utile, pris au hasard dans les rayonnages de grandes surfaces anonymes. D’autres se logent au gré des dons familiaux, peu de choix, l’imposition de la conjoncture. D’autres, enfin, avec toujours aussi peu de moyens, définissent petit à petit, trait pour trait, point par point, pied à pied, ce qui formera leur cadre de vie. Refusant la facilité, attendant le clin d’œil des objets, le coup de foudre mutuel entre un meuble trouvé un jour sur un trottoir et son futur propriétaire, qui le réparera avec soin. Se nourrissant de l’amour du sens, de l’enrichissement intérieur, de l’esthétique. Madame était de ceux-là. Ne côtoyant que le beau, à défaut de côtoyer le luxe ou l’utile. Ses autres enfants ne l’aimaient plus, après l’avoir vampirisée, envieux de sa culture, de sa sagesse et de la réussite de sa vie malgré son mal-vivre. Ses rejetons, eux, avaient raté leur vie à force d’attendre l’argent du père, ne tendant la main qu’au géniteur, espérant recueillir une manne qui ne venait jamais. De leur bouche ne sortaient plus que grossièretés, insanités, des bordées d’injures, comme elle disait. J’en avais trace effectivement sur de nombreuses pages du dossier, leur plume laissant des écrits puant de vulgarité et de jalousie mesquine, tant entre eux qu’envers leur mère ou leur père, ou encore à l’encontre des maîtresses s’étant succédées dans le lit du père, ou même des anciens amis de maman. Ma cliente vivait bien au-dessus de tout cela. Après avoir essayé en vain, de raccorder la fratrie éclatée, elle avait dit « maté » comme au judo. Elle s’était regroupée dans un petit appartement dépendant d’une maison de ville où elle habitait, devenue handicapée, en compagnie de son ange gardien, dont elle parlait souvent, et de ses rêves de petite fille qu’elle savait merveilleusement conter.

-         Depuis que j’ai conscience que les anges existent, je me sens tellement mieux. Je perds quelque chose ? Tant pis, j’attends. Je sais que mon ange le trouvera pour moi.

-         Mon ange, c’est ma mère, lui ai-je répondu.

-         Vous avez de la chance de pouvoir dire cela de votre mère. La mienne était divorcée, et m’a abandonnée bien souvent pour chercher un emploi, ne pouvant subvenir à mes besoins. À l’époque, les épouses ne divorçaient pas, sinon elles partaient sans rien, le divorce était à leur tort, il était toujours un ami de la famille pour se dire le témoin de l’adultère. Il faut que je vous remercie, Maître.

-         Je vous en prie… mais de quoi ?

-         Non, vraiment, cette idée de me faire rencontrer mon premier époux, quelle trouvaille, figurez-vous que nous avons pris le thé ensemble et que nous nous entendons très bien maintenant qu’il n’est plus question de partager la même couche.

-         Je ne l’ai pas fait exprès…

-         Sans doute est-ce alors un effet de nos anges gardiens!

* * *

 

-         Savez-vous Maître, il se dit que les humains actuellement ne communiquent plus, qu’ils ne se parlent plus le soir à la veillée, mais ce n’est pas vrai, les gens ne se parlaient pas plus avant. Les veillées étaient souvent bien silencieuses avant le poste ou la TSF[6]. S’il y avait un bavard, c’était toujours lui qui racontait les mêmes histoires. C’est bien vrai qu’on s’invitait les jours de fête pour mettre plusieurs bavards ensemble, qui nous tenaient des amphigouris répétitifs. Toutefois, le reste du temps, nous n’avions souvent rien à nous dire à part la monotonie des jours passés, la liste lancinante des courses à faire, des devoirs quotidiens à accomplir, des tâches accaparantes à achever. Maître, vous connaissez mon âge mieux que moi, j’ai oublié depuis longtemps ma date de naissance, cela porte malheur, dit-on, de s’en souvenir à partir d’un certain moment. Je sais seulement que je suis bien vieille. Mon mari et moi ne parlions pas plus avant le poste que maintenant, bien au contraire. Nous commentons les émissions, les feuilletons, tandis qu’avant, à part se demander si la journée s’était bien passée, il ne restait rien à dire. C’est pour cela que j’ai divorcé, pour épouser un bavard, parce que je les croyais plus intelligents, plus spirituels, les bavards. Mais en fait ils me cassent les oreilles comme une mauvaise réclame. Vieux, le premier choisi me convient finalement très bien. Il ne faut pas trop insister pour s’aimer. Il ne faut pas trop en faire. Sinon on lasse, comme une mauvaise blague, on s’use, comme un vieux vinyle. On sait ce qu’on perd, on ne sait pas ce qu’on retrouve…

* * *


 

MON MÉTIER.

Le clerc de notaire est un technicien du droit. Sa mission consiste à ouvrir et suivre les dossiers que lui confient les clients du notaire, mission qui comprend des recherches juridiques, parfois du secrétariat, le rassemblement des pièces administratives, la rédaction des actes et souvent la réception de la clientèle. Le clerc expérimenté aura plus de responsabilité et d’indépendance dans la gestion de ses dossiers. Auparavant, les clercs qui ne possédaient pas tous leur diplôme de notaire visaient le statut de « principal clerc » ou « sous-principal clerc ». De nos jours, les grades dans la profession sont différents, les jeunes sont souvent diplômés notaires même s’ils n’achètent pas la charge. Dans nos études de province, quelques sous-principaux, comme moi, survivent, comme une espèce en voie d’extinction. Les patrons recherchent du personnel jeune et dynamique, peu payé, qui possède un sens aigu de l’organisation, de la méthodologie, un bon contact avec la clientèle, une bonne présentation, et de solides connaissances juridiques, ne serait-ce pas une utopie ?

Pour ma part, je pense avoir acquis une certaine facilité de contacts, cependant la méthodologie reste pour moi une inconnue, je travaille à l’instinct si je puis dire. Mon métier est le notariat. Mon métier tient à l’argent. En grossissant le trait, je comble un deuil ou une perte par une somme d’argent. A-t-on remarqué ? Nous vendons notre maison ou notre appartement, nous sommes fort heureux d’emménager la plupart du temps. Cependant, nous avons tout de même un creux au cœur de quitter cet endroit où nous avions tant de souvenirs. Lorsque nous perdons nos parents, c’est très clair. La période de deuil est également la période de calcul de ce qui nous revient, de combien nous allons devoir verser à l’État, au notaire, aux autres héritiers. Le moins possible, pour avoir le plus possible. Jamais la peine ne pourra s’éteindre complètement. L’on sera tout au plus consolé par une satisfaction d’ordre patrimonial ou plus trivialement pécuniaire. Nous divorçons, autre deuil, autre perte, autre problème patrimonial : le partage. Tenter de combler le vide au moyen d’une somme la plus forte possible attribuée, voire volée, empruntée ou généreusement abandonnée par l’autre. Tenter à l’inverse pour certains de combler le vide en ne lâchant rien, pour ne rien perdre, ce qui veut aussi dire gagner contre l’autre. Même le contrat de mariage est le prélude à un abandon de la vie de patachon que sont supposés avoir les célibataires. Ce deuil est un passage vers une hypothétique vie plus rangée, plus cadrée, bref plus monotone, également plus confortable, à l’aide de deux revenus, ou avec le soutien du revenu de Monsieur pour Madame qui n’a plus à travailler, ou l’assistance des mains de Madame pour s’occuper du ménage et des enfants ou tout autre combinaison inventée par les deux époux. Bien entendu je caricature, car le notaire a bien d’autres activités. N’y a-t-il pas tout de même un fond de vérité ? C’est une des raisons pour laquelle le notaire n’est pas beaucoup aimé. Il touche à l&rsqu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Facebook RSS Contact